Les drones de livraison feront-ils du bruit ?

Les drones de livraison feront-ils du bruit ?
Les drones de livraison feront-ils du bruit ?

Un nouveau bruit vous fera, au moins au début, lever la tête dans les prochaines mois et les prochaines années : le bruit d’un drone de livraison.

Un son proche du bourdonnement, audible jusqu’à 150 mètres au-dessus de vos têtes (selon le type de rotor), proche d’un bourdonnement d’un essaim ou d’insecte a de quoi attirer votre attention.

Au-delà du risque de se cogner à un poteau en ville, le nez en l’air pour le piéton ou de provoquer un accident de circulation pour les autres, le bruit reste une épine dans le pied (ou l’hélice) des fabricants et des opérateurs de drones commerciaux.

On peut imaginer les impacts dans plusieurs domaines :

  • D’abord votre caniche préféré se mettra à aboyer contre le ciel. Comme votre chat, il entend mieux que vous, normalement, et beaucoup plus loin.
  • Un environnement perturbant pour les animaux et volatiles qui risquent de déguerpir de l’arbre sous les routes commerciales des drones de livraison. Ou encore du troupeau de vaches en grand stress qui impacterait la production laitière ou des poules pondeuse qui cessent de pondre.
  • Et bien évidemment les inamovibles collectifs de riverains qui ne supportent pas les bruits en tout genre. Vous savez, ceux qui s’installent près d’un aérodrome ou aéroport, parce que l’immobilier y est moins cher. Puis qui bataillent durant des années pour le faire fermer.

Heureusement, cette nuisance est prise en compte. Cet article de Konibi est intéressant à ce sujet.

Pout les petits drones, des hélices sont déjà adaptées et en vente dans le commerce. Elles réduisent significativement la perception des bruits stressants du drone (avec notamment un son plus grave). Cette vidéo « Test des hélices Faible bruit (Platinum) pour le Mavic Pro» est très explicite.

vidéo hélices faible bruit
Vidéo hélices faible bruit

Pour les drones plus lourds, les drones commerciaux, drones cargos et les drones de livraison, les études se poursuivent.

L’ONERA a déjà travaillé sur des hélices moins bruyantes pour les avions légers en 2006 en préconisant des hélices à 5 pales et poursuit ses recherches. Le numéro de juin 2014 du journal Areospace-Lab traite de l’Aéroacoustique, en d’autres termes des bruits émis par les aéronefs, notamment par les rotors.

Une hypothèse reste l’émission simultanément de l’exacte opposée de l’onde sonore que le drone produit. Dès lors, l’addition des deux sons annule pratiquement le son perçu.

De l’autre côté de l’Atlantique, Amazon a déposé un brevet pour réduire les nuisances de hélices et adapter celle-ci (pales orientables ?).

Voici ce qu’en dit l’article de Mediapost.com sur le brevet d’Amazon :

(…) chaque drone aurait des capteurs embarqués pour déterminer le son actuel du drone, entre autres données sur son environnement et son vol.

 Ces données seraient envoyées à un système de contrôle central, (…), afin de déterminer comment modifier les hélices sur ce drone pour un meilleur son. (…).

Comme souvent, il est encore question d’hélices, au moins tant que la propulsion des drones n’évolue pas significativement vers d’autres solutions.

Qu’en pensez-vous ?

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire